Nous refusons la suppression des classes européennes, bilangues, des langues anciennes, et du droit local des religions !

Nous refusons la suppression des classes européennes, bilangues, des langues anciennes, et du droit local des religions !

La diversité des enseignements est une richesse pour nos enfants.

Le Modem Alsace dénonce la réforme du collège passée en force qui prévoit la suppression des classes bilangues (enseignement de 2 langues dès la 6ème), des sections européennes, des cours de latin et grec, et le risque de voir supprimer en Alsace-Moselle l’organisation des cours de religion durant le temps scolaire dans les écoles.

Le collège unique est un échec, les inégalités s’accroissent et les résultats des élèves sont en baisse. Plutôt que de proposer un enseignement qui s’adapte aux besoins des élèves, cette réforme est l’incarnation d’une idéologie française selon laquelle la meilleure éducation est une éducation générale et abstraite, la même pour tous.

Alors que les classes bilangues et les sections européennes donnent d’excellents résultats, on les supprime au motif qu’elles ne concernent qu’une partie des élèves, en les remplaçant par un enseignement généralisé d’une deuxième langue pour tous en 5ème. Le postulat sur lequel est basée cette réforme est qu’il existe une uniformité d’intelligence, par laquelle on répond par une uniformité des savoirs.

On refuse de reconnaitre la diversité des élèves. Les élèves en échec scolaire ont une autre forme d’intelligence que celle reconnue par l’éducation nationale, donnons-leur aussi les clés pour réussir, plutôt que de vouloir supprimer les classes où les bons élèves s’épanouissent.

Cette vision égalitariste et uniformiste s’attaque aussi aux identités et aux richesses régionales. Nous refusons les propositions de l’Observatoire de la laïcité, qui veut reléguer l’enseignement des cours de religion en dehors des 24 heures de cours hebdomadaires des écoliers et le rendre purement optionnel. En Alsace-Moselle, depuis près d’un siècle, nos enfants ont la possibilité de bénéficier d’un enseignement de la religion lorsque les parents le souhaitent, et cet enseignement est une richesse, une ouverture sur la compréhension des religions et les valeurs du vivre-ensemble et du respect des diversités.


Comme l’a proposé François Bayrou, nous demandons à tous de se mobiliser et à manifester publiquement pour que le gouvernement revoie sa copie et pour que notre droit local des religions ne soit pas démantelé.

Cet article cite…

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email